Originaire du Morbihan (56) et fidèle supporter du FC Lorient, Clément Troboa nous raconte l’un de ses périples en Allemagne de l’Est. Ambiance de folie, Currywurst et football populaire, l’ex RDA a tout pour plaire.

Dans le volcan du FSV Zwickau.

Pourquoi avoir choisi l’Allemagne de l’Est comme destination ?
Clément Troboa : J’avais déjà vu quelques matchs en Allemagne mais jamais en ex-rda. Quand tu fais quelques déplacements en Allemagne, tu t’intéresses au fur et à mesure à ce qui se fait là-bas en terme de football et d’ambiance. L’Allemagne est connue pour avoir un taux de remplissage élevé dans les stades et j’ai toujours été surpris par ces clubs de l’Est comme le Hansa Rostock, Carl Zeiss Jena, 1.FC Magdeburg où l’ambiance était assez folle malgré la division basse dans laquelle ils se trouvent.

Dans quels stades es-tu allé ?
J’ai fait deux voyages en Allemagne de l’Est. Un en mars 2018 et le second fin août-début septembre 2019. Concentrons-nous sur la première session où j’ai assisté à un match de 3.Liga (ndlr : l’équivalent du la Nationale en France) entre le FSV Zwickau et le Hansa Rostock (1-0). J’ai enchaîné avec Dynamo Dresden – 1.FC Heidenheim (3-2) en 2.Bundesliga puis avec Hansa Rostock – SC Paderborn 07 (2-3). Tout ça entre le 7 et le 10 mars.

Lequel t’as le plus marqué ?
Ce n’est pas un stade qui m’a marqué, mais plutôt un match : FSV Zwickau – Hansa Rostock. C’était un mercredi soir à 19h, le stade était presque plein et le parcage des visiteurs également alors qu’il y a environ 480 kms de distance entre les deux villes. L’ambiance était assez folle tout le match. C’était difficile de suivre le match, ma tête tournait à gauche et à droite pour observer le parcage visiteur et les locaux. Niveau ambiance, je n’ai rien vu de mieux depuis ce match-là.

Qu’est-ce qui change par rapport à la France ?
L’affluence dans les stades. Mais ça, c’est propre à toute l’Allemagne, que ce soit au plus haut niveau ou sur les divisions inférieures. Les déplacements des supporters extérieurs, qui viennent souvent en nombre, sont à priori bien encadrés et, sauf erreur, il y a peu d’interdictions de déplacements, contrairement à la France où c’est devenu très fréquent et c’est bien dommage. Et ça n’empêche pas les gens de venir au stade en famille. On est sur un football populaire.

Un mot sur les services que proposent les clubs ?
Comme dans tous les stades allemands, il y’a de la bière. Pas de déclinaison possible cependant et un seul style, la Pils. On ne va pas se plaindre, de la bière au stade c’est déjà ça. Niveau restauration, il y a la traditionnelle bratwurst ou encore la currywurst. Le reste varie suivant les stades, burgers, sandwichs, boissons soft…

La currywurst.

Comment as-tu organisé ton voyage ?
J’avais déjà en tête les équipes que je voulais voir comme le Hansa Rostock et le Dynamo Dresden. Après, il a fallu faire coïncider le calendrier. Pour cette étape, je regarde le calendrier des matchs sur le site Soccerway et je le vérifie ensuite sur les sites des clubs pour être sûr, puis j’enchaîne avec la prise des tickets sur la billetterie en ligne. 

«Le premier voyage a été légèrement mouvementé, à cause de la neige.»

Est-ce que faire une session groundhopping en Allemagne de l’Est coûte cher ?
Pas spécialement. Tout va dépendre du moyen de transport utilisé. Sur place le bus reste le moins cher. Le train l’est beaucoup plus avec la particularité en Allemagne sur certaines lignes de pouvoir acheter un billet sans avoir de place assise garantie. Le prix des hébergements est raisonnable si vous passez par Airbnb. Nous avons logé dans deux Airbnb différents, l’un à Leipzig (50€/ personne pour 2 nuits) et l’autre à Dresde (33€/ personne pour 2 nuits). Pour le prix des billets de match, on a dépensé 21€ à Zwickau. À Rostock, je ne m’en souviens plus car nous avons pris sur place. Ça devait être légèrement moins élevé car, on était placé derrière un but dans une « Stand Tribune ». Pour la 3.Liga, il faut compter 15 € minium.

Pour finir, as-tu une anecdote à nous raconter sur l’un de tes déplacements en Allemagne de l’Est ?
Le premier voyage a été légèrement mouvementé, à cause de la neige. Nous avons eu un premier match annulé à cause de ça (un match du Carl Zeiss Jena). Ensuite, le 10 mars, était initialement prévu un match du Chemie Leipzig, l’un des trois principaux clubs de la ville qui évolue en Regionalliga Nordost (4ème division). La rencontre a aussi été reportée au lendemain, date à laquelle nous prenions l’avion de retour. Je n’aurais jamais eu l’info si je n’avais pas été consulter le site de Soccerway pour revérifier l’horaire la veille au bar. On a donc eu plusieurs options de matchs dans les alentours mais nous avons choisi la plus « folle ». Depuis Dresde, nous avons pris un bus de nuit pour Berlin et ensuite un nouveau bus en direction de Rostock. Les imprévus, c’est aussi ce qui fait le charme des voyages. Au passage, nous avons bien fait. Les supporters que nous avons vu lors du déplacement à Zwickau étaient au rendez vous à domicile.

Pierre-Alain Perennou
@pa_perennou

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s